• Tourner la page.

     
    Venez et plaidons ensemble, dit l'Eternel : Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; s'ils sont rouges comme l'écarlate, ils seront comme la laine.
    Esaïe 1. 18

    Tourner la page

    Bien des personnes, amenées à juger un passé coupable, prennent l'énergique résolution de “tourner la page”. L'intention est sans doute bonne, mais ces personnes risquent d'avoir à faire la triste expérience qu'en elles ne réside aucune force pour persévérer (Romains 7. 18-25).
    Dire qu'on a tourné la page, c'est bien ; mais devant Dieu, les pages du passé ne sont pas supprimées. Ce n'est pas en prenant la résolution de faire mieux à l'avenir, que l'écolier fait disparaître les taches dans son cahier ; l'oeil exercé du maître les découvrira.
    Un commerçant qui se trouverait dans une situation difficile ne gagnerait rien en essayant d'omettre le report dans son livre de comptabilité : il va de soi que les chiffres nouveaux sur la page blanche ne paieront pas les dettes anciennes. Chaque page de notre vie débute, elle aussi, par un “report”. Il est donc inutile de commencer une page nouvelle – serait-elle sans tache – pour être sauvé, si le passé n'est pas réglé.
    La Parole de Dieu déclare : “Si quelqu'un n'est pas né de nouveau, il ne peut pas voir le royaume de Dieu” (Jean 3. 3-5). “Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause de son grand amour dont il nous a aimés, alors même que nous étions morts dans nos fautes, nous a vivifiés ensemble avec le Christ (c'est par la grâce que vous êtes sauvés) ” (Ephésiens 2. 4-5). “Il nous a pardonné toutes nos fautes” (Colossiens 2. 13).
    Encore faut-il venir vers lui pour recevoir son pardon